Rechercher un article

Julian Alonso, Mon triple négatif et moi

Julie, 30 ans, malade. Moi, 30 ans et las de voir que malgré notre époque moderne, la maladie s'accompagne quasi-systématiquement d’une profonde déshumanisation.

Nous vivons dans un pays développé et pourtant nous ne savons pas traiter la maladie autrement que par l’unique visible, la chair. Après-tout, une fois le visible traité, loin des yeux, loin du cœur, nous pouvons retourner à nos occupations, l’esprit libre.
Tout cela est paradoxale car la technologie évolue et les traitements sont de plus en plus performants, la maladie est traitée et le malade en tant que personne est délaissé.

A travers ce travail photographique, j’ai souhaité approfondir la maladie là où les protocoles n'agissent pas en voulant remettre l’humain au centre de l’attention.

Cette série n’a pas pour vocation d’apporter des solutions toutes faites mais d’inciter le spectateur à mener sa propre réflexion au delà même de la superficialité des cheveux absents et des cicatrices apparentes. Je reste intimement persuadé que remettre l’humain au centre du débat ne sera pas la conséquence de procédures mais plutôt le résultat d’une évolution de nos mœurs.

Julian Alonso

www.julianalonso.fr