Rechercher un article

Panayis Chrysovergis

En 2015, 770.838 les arrivées de réfugiés en Méditerranée dans l'espoir d'échapper à la guerre . 154.167 enfants, 107.917 femmes, 508.754 hommes .
Dans tous, les 3.440 personnes sont mortes ou portées disparues cette année traversant la Méditerranée .“Le souffle est notre seule certitude d'êtres vivants. C'est lui que nous offrirons au Monde  avant de l'abandonner. Si nous devions ne donner qu'un seul mot pour définir la vie, une seule image impossible s'impose, celle du souffle. Le souffle est notre seule certitude d'être vivant. C'est lui que nous offrirons à cette terre avant de l'abandonner. Notre vie ne tient qu'à ce souffle.
En entreprenant ce travail en immersion, j'ai exigé de mes modèles de surmonter leurs peurs, leurs angoisses d'étouffement et l'idée de ne plus être vivants pendant quelques instants. Le temps d'une photo, le temps de pose et leurs visages privés d'air révèlent ce qui fait l'absence de vie et de liberté. J’ai choisi la Grèce mon pays et ses fonds méditerranéens. J'ai demandé aux personnes de me faire confiance et de me suivre à sept mètres de profondeur, dans un environnement complètement étranger pour l'être humain.
Rappelant ces hommes, femmes, enfants qui espèrent, en traversant la mer, échapper à la guerre. En les capturant vêtus comme sur terre, j'ai voulu montrer que nous sommes dépendants de ce souffle. Ici, comme sur terre, manquer d’air peut nous conduire à étouffer. Nous priver de ce qui fait la vie, entraine un regard de panique et de détresse que j'ai voulu voir sur ces visages. Parfois j'ai vu un regard de combattant. Un regard qui promet qu'il va rester en vie.
Sous l'eau j'étais le seul à pouvoir leur donner de l'air. J’en étais le detenteur, celui vers qui l'on espère. Quelque fois ils sont calmes, ils savent que je suis là.
Hors de l'eau c'est nous, européens, qui avons ce souffle.
L'espoir de ce nouvel "air" nous entraine parfois loin de nos rivages.
Dans un mouvement de survie de l’asphyxié, de l’oppressé.
L'air que nous respirons après en avoir manqué est celui d'une libération.
Il est celui dont on nous a privé mais ne sera jamais celui qui emplit nos corps lorsque nous sommes libres.

Panayis Chrysovergis