Rechercher un article

Alexis Pazoumian : Faubourg Treme

Dix ans après la catastrophe de l’ouragan Katrina « Faubourg Treme » porte sur la vie quotidienne des habitants de TREME, quartier mythique de la Nouvelle-Orléans, historique de la culture afro-américaine. Tous les dimanches, les esclaves se réunissaient en son cœur sur « Congo Square » pour danser au rythme des percussions de leur lointaine terre natale. Plus tard, les « Créoles of color » ou « Gens de couleur libres » y donnaient régulièrement des concerts de cuivres. Sans le savoir, ils posaient les bases de ce qui deviendrait l’un des genres musicaux les plus féconds au monde : le Jazz.

J’ai décidé de m’y rendre afin d’étudier le quotidien de ses habitants une décennie après l’ouragan Katrina, qui a ravagé la ville et plus particulièrement le quartier Treme. Ce qui m’a tout de suite interpellé c’est la place de la musique. Elle n’a jamais quitté les lieux, au contraire, elle s’est mélangée aux multiples cultures locales, et s’est immiscée dans tous les aspects de la vie : La religion, l’éducation, les traditions ( notamment les Jazz Funerals et durant mardi gras ) les bars, la rue etc... Et elle culmine avec le rendez-vous annuel de Mardi Gras, pendant lequel la ville entière danse au rythme effréné du carnaval et des indiens de mardi gras... Je me suis donc intéressé à ces différents sujets afin de mieux comprendre comment fonctionne cette ville et sa population si unique.

La nuit, les quartiers éloignés du centre s’animent, l’ambiance particulière des lieux, les lumières des bars et de l’extérieur offrent une esthétique unique. Chaque lieu est habité par la musique, tel un remède contre l’âpreté de la vie, qui n’y a jamais été facile. Le but du projet est d’étudier les traditions et la vie de ses habitants qui ont été abandonnés de tous et laissés pour compte au lendemain de Katrina, comme nous le rappelait David Simon à travers sa magnifique série télévisée « Treme ». Un regard porté sur ces hommes et femmes qui vivent et parfois survivent au son des cuivres. L’exaltation et la ferveur déclenchées par la musique sont devenues le centre de ma réflexion photographique.

http://www.alexispazoumian.com